Je fus un mauvais homme

by Pierre Faupoint

Date de parution : février 2019 (uniquement sous format numérique à ce jour)

Prochaine date de parution en format broché : courant 1er trimestre 2021 (deux éditeurs étudient la possibilité de le publier. En cas de refus, le roman sera auto-édité)

Éditeur : Librinova

Découvrez un thriller psychologique haletant qui nous entraîne aux côtés d’un personnage sombre et complexe !

Résumé

Ismaël a tout juste 18 ans lorsqu’il est condamné pour trafic de stupéfiants. À sa sortie de prison, à défaut de pouvoir se venger sur ceux qui l’ont condamné, il déverse sa haine sur la gent féminine.

En 2005, il commet l’irréparable et le double meurtre sanguinaire dont il est l’auteur fait la une des journaux : quelles sont les raisons qui ont poussé L’assassin poétique à recueillir une enfant ? Où se trouve la petite Lélia ?

Quelques années plus tard, oscillant entre pulsions meurtrières et son rôle de père, Ismaël rencontre Nahima. Enfin heureux, il tombe de haut quand celle-ci le quitte sans un mot, et reprend ses massacres… Parviendra-t-il à échapper aux mains de la police et à garantir l’éducation de sa fille ?

Avis de blogueuses et blogueurs littéraires – Avril 2019 à août 2020

Tiffany Girard / Avis de avril 2019

C’est l’histoire d’un homme, Ismaël, que nous découvrons alors qu’il n’a que 18 ans et qui débute par une interpellation pour trafic de stupéfiant. Il se drogue, il boit, il est mal dans sa peau…
Les années passent et ce petit délinquant se transforme en assassin, il tue sauvagement un couple ! Alors que ce meurtre fait la une de journaux, il se réfugie dans son rôle de “père” et montre un amour indéfectible pour sa fille…
Alors qu’il rencontre et tombe fou amoureux de Nahima, lorsque celle-ci le quitte sans un mot, cet être instable retombe dans ses travers !
Comment concilier ses pulsions et l’éducation de son enfant… Comment passer au travers les mailles du filet…
C’est une histoire folle qui commence, une histoire monstrueuse, une histoire diabolique. Ce livre ne laisse aucun répit, le rythme est soutenu, je n’ai pu m’empêcher de tourner les pages pour découvrir la suite sans reprendre mon souffle…
Malgré des faits particulièrement horribles, je me suis attachée à Ismaël. Cet homme fragile au delà de sa folie, tendre au delà des actes meurtriers.
Je recommande chaudement cet ouvrage…
Merci #NetGalleyFrance #librinova #JeFusUnMauvaisHomme Tiff_Any

Esther Rodriguez – Ma voix au chapitre / Avis de juin 2019

Nous sommes ici avec Ismaël, jeune homme de 18 ans, qui se voit purger une peine de prison pour trafic de stupéfiants. À sa sortie, il en veut à tout le monde et son désir de vengeance est extrême. Il va donc s’en prendre à la gent féminine. Mais il va pousser cette vengeance toujours plus loin, jusqu’à assassiner un couple. Lorsque Ismaël se rend compte que ce couple avait une petite fille, il décide de la recueillir, de s’en occuper et commence alors un long chemin de rédemption pour Ismaël auprès de sa fille adoptive.
Quel roman ! Je peux affirmer que la noirceur suinte à toutes les pages, et qu’il y a très peu de place pour l’espoir. L’auteur a réussi à créer l’un des personnages les plus complexes que j’aie pu rencontrer dernièrement dans mes lectures. Il va vraiment se créer un paradoxe entre l’abomination des actes d’Ismaël, et la grande tendresse de cet amour indéfectible qui se crée entre lui et sa fille adoptive, Lélia. Tout au long des pages, cette dualité sera présente.

Cette histoire est entièrement portée par Ismaël et Lélia. L’auteur a très bien travaillé ces deux personnages, en les nuançant et en les rendant très complexes. L’intrigue est d’une grande noirceur, menée tambour battant par une plume percutante mais surtout très belle. Ce roman est remarquablement bien écrit, avec un vocabulaire recherché mais facile d’accès, pourtant.
Quant à la fin, je ne l’ai absolument pas vue venir et j’ai été surprise. J’aurais toutefois apprécié qu’elle soit un petit plus étayée, plus approfondie. J’ai eu l’impression qu’elle arrivait de manière trop abrupte. Malgré tout, ce fut une excellente lecture, avec des pages qui défilent.
Si vous voulez un thriller très complexe, je vous conseille fortement de découvrir ce roman.
Lien : https://mavoixauchapitre.hom.. Waterlyly

Laurence Lima / Avis de octobre 2019

Je fus un mauvais homme est un thriller psychologique extrêmement bien ficelé.
En lisant le résumé, je ne pensais pas un seul instant m’attacher au personnage d’Ismaël.
Et pourtant, j’ai au fil des pages réussi à apprécier cet homme complexe, qui va aimer sa “fille” Lélia. Il tue, il n’est pas forcément tout net dans sa tête toutefois il peut aimer, sincèrement, une enfant. Je l’ai parfois trouvé touchant cet homme sans pitié ou presque, du moins en apparence.
J’ai également beaucoup apprécié le personnage de Lélia, elle apporte une touche de fraîcheur dans ce roman assez sombre.
L’histoire est très bien conçue, l y a beaucoup de rythme et tout se tient de la première à la dernière page.
L’écriture de l’auteur fait mouche.
Je suis heureuse de la découverte et c’est avec plaisir que je mets quatre étoiles et demie à Je fus un mauvais homme, que je vous recommande chaudement si vous aimez les thrillers psychologiques.

Yumiko – Évasions littéraires / Avis de octobre 2019

Avis / Note générale : 16/20
Autant dire que l’auteur sait nous appâter avec son résumé très attirant et alléchant. Moi qui adore les personnages torturés et aux pulsions dévastatrices, je ne pouvais qu’être impatiente de rencontrer Ismaël et de le suivre dans son quotidien semé d’embûches et de sombres secrets. Ayant un passif lourd et sombre, il se construit à travers la violence et la haine, jusqu’au soir où il commettra l’acte qui va transformer sa vie à jamais…

Après un double meurtre sanglant, voilà qu’il décide sur un coup de tête de prendre sous son aile une petite fille. Aussi incroyable que cela puisse paraître, Ismaël va alors prendre le rôle de père pour cette petite et décidera qu’il fera tout pour elle et pour qu’elle ait une belle vie. Entre lourds secrets et découverte d’une vie à laquelle il ne s’attendait pas, nous allons suivre son quotidien aux côtés de Lélia. Entre bonheur et désillusion, son âme tourmentée réussira-t-elle, enfin, à trouver le repos et le bonheur?

J’ai adoré le personnage d’Ismaël malgré son caractère particulier et ses pulsions parfois troublantes. Il est un personnage qui essaie comme il peut d’avancer sur son chemin de vie et de ne pas sombrer, mais cela s’avère compliqué car il est atteint au plus profond de sa chair. L’auteur réussit à le rendre sympathique et proche de nous malgré les horreurs dont il peut faire preuve. J’ai beaucoup aimé la façon dont il développe sa personnalité, même si j’aurais aimé plonger encore plus dans ses pensées pour suivre davantage ses analyses et son ressenti.

La relation qu’il a avec Lélia m’a beaucoup touchée, même si cette dernière m’a un peu déroutée par ses réactions à certains moments. Elle est surprenante sur bien des aspects cette jeune fille. C’est un duo attachant et détonant qui nous est offert et nous éprouvons une réelle sympathie pour eux, ainsi qu’une inquiétude non feinte face à ce qu’ils vivent, surtout que la plume de l’auteur nous plonge totalement dans leur quotidien.

Si je dois soulever un petit bémol, je n’ai pas vraiment compris l’utilité de l’épilogue. Alors oui c’est une excellente idée qu’a eue l’auteur de nous proposer un tel retournement, mais je dois dire que je suis un peu restée coite devant ce final qui est totalement imprévisible et presque dommage vu le fil rouge très intéressant qui nous était proposé. J’aurais préféré qu’il s’arrête simplement à la fin du dernier chapitre qui aurait clôt, du moins à mon goût, parfaitement bien son histoire. Toutefois, cette remarque reste totalement subjective et d’autres trouveront probablement que cela était une belle conclusion.

https://evasionslitteraires.weebly.com/romans/je-fus-un-mauvais-homme

Nathalie Courchesne – Les Mille et Une Pages / Avis de novembre 2019

Le commentaire de Nathalie :
L’histoire d’un homme devenu méchant à la suite de mauvais choix, de déception amoureuse, mais aussi, l’histoire d’un homme qui malgré ses crimes horribles déversera tout son amour sur sa fille (adoptive). Nous suivons Ismaël sur une période d’environ 20 ans. Un jeune homme qui a fait de mauvais choix suivi de l’homme qui tue par vengeance, par dépit. Puis arrive dans sa vie Lélia, sa fille, celle qui réussira à calmer le feu de la violence, malheureusement attisée par Nahima. Malgré l’amour qu’il porte à sa fille, il laissera des cadavres sur son chemin jusqu’à ce jour maudit.
Un crime de trop ? Une mauvaise rencontre ? Pour connaître l’avenir d’Ismaël et de Lélia, vous devrez lire ce très bon livre.
L’auteur m’a gardé en alerte jusqu’à la fin, une très belle plume accrocheuse, près des émotions avec un soupçon de mystère. Le fameux pourquoi. On ne peut qu’aimer Ismaël malgré tout, essayer de le comprendre et vouloir l’aider malgré tout.

http://lesmilleetunlivreslm.over-blog.com/2019/11/je-fus-un-mauvais-homme-pierre-faupoint-editions-librinova-par-nathalie-courchesne.html

Ma Passion les Livres – Lilou / Avis de avril 2020

Rarement une chronique aura été autant difficile à écrire pour moi. Ceux qui me connaissent savent que je suis trop honnête pour pervertir mon ressenti. Tout d’abord, je souhaite remercier sincèrement Pierre Faupoint, jeune auteur, qui m’a envoyé son premier livre, un thriller psychologique « Je fus un mauvais homme ». Il en a écrit un depuis, « Les écervelés » dans un genre différent, une dystopie. Je suis très ambivalente par rapport à ma lecture. Je n’ai pas du tout aimé le début pour différentes raisons qui m’auraient sans doute poussé en temps normal à lâcher ce livre, mais par respect pour l’auteur j’ai continué. J’en suis heureuse car j’ai beaucoup aimé la deuxième partie de ce thriller. Alors pourquoi, le début m’a déplu ? C’est d’une part d’un point de vue de l’écrit : des temps mal utilisés de mon point de vue, des termes anciens ou trop soutenus pour le propos… J’ai vraiment eu du mal avec ceci au début. J’ai eu aussi du mal à comprendre réellement le pourquoi de la descente aux enfers d’Ismaël quand il était jeune. A 18 ans, il est emprisonné 85 jours pour un petit trafic de stupéfiants. L’auteur ne nous dit pratiquement rien de ses 85 jours de détention et je suis étonnée que ce séjour en prison soit à ce point destructeur pour le faire plonger ensuite très vite dans le mal absolu. En tout cas, j’aurais aimé que l’auteur développe cet aspect. On ne connait pas non plus son passé familial. Peut-être y a-t-il des racines de son mal intérieur dans son enfance, son adolescence, le rapport à ses parents, présents ou pas etc. Bref, son passage à la violence et à la destruction mentale des femmes m’a paru trop rapide. Surtout que c’est effectivement un mauvais homme…. Jusqu’à sa rencontre avec Leila, la petite fille qu’il va « sauver » de la maltraitance et adopter dans son coeur de toute son âme. Il devient alors un autre homme en devenant père, et Ismaël je l’avoue m’a alors vraiment touché. Mais cet amour si pur et absolu ne sera malheureusement pas suffisant pour le guérir de son mal-être profond et de sa folie meurtrière. J’ai beaucoup apprécié toute cette partie avec Leila et leur chienne Soquettes jusqu’à la fin assez étonnante, à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Et j’aime beaucoup que les auteurs me surprennent. Contrat réussi ! Bref vous l’aurez compris, ce thriller psychologique est de qualité inégale mais prouve que Pierre Faupoint est un auteur avec un fort potentiel et je pense que ça vaut le coup de le découvrir. Je lirai sans doute ses prochains livres.
Lien : HTTPS://MAPASSIONLESLIVRES.W..

Avis de Romans NOIRS et PLUS si affinités – Mai 2020

Avec certains auteurs auto-édités on peut s’attendre au pire comme au meilleur . Avec ce livre que m’a envoyé Pierre Faupoint on est sans hésitation dans la deuxième catégorie.
Dès les premières pages l’auteur nous met « dans le le bain ». On fait la connaissance avec Ismaël Poisson , 18 ans, qui baigne déjà dans le trafic de stupéfiants . Ce n’est qu’un commencement. A sa sortie de zonzon , il est épris de vengeance et il a la haine vissée au corps et à l’âme. Une haine viscérale contre son prochain. Prochaine devrais-je dire car le beau gosse n’a qu’une envie : humilier ses prochaines conquêtes féminines. A défaut d’avoir pu conserver auprès de lui sa pote de défonce, Mathilde, et après des abus qui l’a emmené au bord de la folie, Ismaël décide de stopper la dope et de concentrer ses efforts sur ces futures victimes féminines. Mais le stade de non retour est commis quelques mois plus tard, alors qu’ayant déménagé, il décide d’éliminer sauvagement un couple de dealers. Un crime qu’il signe avec quelques mots de poésie. La réputation de l’assassin-poète était née. Avant de partir il prend pitié pour le petit bout de chou qui semble complètement abandonné qu’il emporte avec lui ainsi que la petite chienne enchaînée plus loin. Sa vie semble alors vouloir prendre un nouveau tournant avec sa petite fille Lélia et sa petite vie rangée dans cette petite bourgade normande. Mais des pulsions meurtrières pourraient malheureusement revenir sans crier gare et faire de nouvelles victimes innocentes.
Parfaitement rythmé on se laisse embarquer par cette histoire d’un assassin à la psychologie fragile et torturée. Aussi tendrement aimant et attentionné avec sa petite fille que sauvage et sans pitié avec ses victimes. On s’attache pourtant quasi instantanément à ce personnage complexe, souvent contradictoire qui n’a aucune borne ni dans ses amours ni dans ses crimes. Une course folle qui semble sans lendemain et sans issue mais qui conserve pour le lecteur une belle surprise finale .
Bien joué !

Lien : https://www.facebook.com/Romansnoirsetplus/?fref=profile_friend_list&hc_location=profile_browser

Collectif Polar : Chronique de nuit de Dany – Avis de juin 2020

J’aime être surprise par mes lectures et bien j’ai été comblée par ce thriller dont la chute est tout simplement infernale. Bien sûr pour l’apprécier à sa juste valeur il faut suivre les errements de ce méchant Ismaël, tortureur amoureux et tueur opportuniste, rien que pour son plaisir.

C’est ce mauvais homme qui est le narrateur (sauf pour un court passage où il ne peut assister aux échanges) et nous nous rendons compte qu’il est habité par des pulsions contradictoires, où l’amour côtoie la folie meurtrière. L’empathie est provoquée par cette immersion dans la tête d’Ismaël, surtout quand il endosse le rôle de père.

Ce n’est pas ce qui m’a le plus surprise dans ce roman. J’ai été portée par le style de l’auteur, littéraire au vocabulaire riche et pratiquement figé au siècle dernier. Oui cela peut paraître désuet au temps du novlangue qui envahit notre espace sonore, mais la maîtrise de la langue française est une qualité indéniable de ce roman.

Bref une belle plume au service d’une histoire bien construite, surprenante tout au long de ces … pages jusqu’à l’ultime retournement de situation que d’aucuns qualifieraient de « facile », tandis que d’autres de « surprenant et original » car telle est la liberté du créateur de choisir la voie vers laquelle il souhaite guider les lecteurs.

Un premier roman prometteur !

Lien : https://collectifpolar.com/2020/06/20/je-fus-un-mauvais-homme-de-pierre-faupoint/

La Plume de vos Auteurs – Plume / Avis de juillet 2020

Premièrement, j’aimerais saluer l’écriture de l’auteur que j’apprécie énormément et qui est un véritable coup de coeur. Pierre Faupoint a un grand talent et donne vie à ses récits avec adresse.

Ce n’est pas forcément un roman que j’aurais lu de moi-même, de prime abord, mais j’ai été surprise, impressionnée. Le personnage principal, Ismaël, est mûri, réaliste, torturé et psychologiquement très intéressant. Il nous fait ressentir bien des émotions au fil de l’histoire, de la pitié à la colère, de la peur à l’angoisse et parfois même, on pourrait se laisser aller à l’apprécier tandis que la raison et ses actes sordides nous ramènent à la terrible réalité.

Ce personnage est d’un grand réalisme, il n’est pas uniquement noir ou blanc, il est un monstre avec un coeur et c’en est presque terrifiant. Il peut jeter son dévolu sur n’importe qui, torturer, assassiner et dans le même temps être un père aimant et attentionné.

Lorsque l’on plonge dans « Je fus un mauvais homme », on est bousculé par un grand nombre d’émotions. Mon seul petit bémol dans ce roman concerne les dialogues de certains personnages secondaires qui, je trouve, manquent par moments de naturel, de réalisme.

Évidemment, ce n’est que mon ressenti et ce n’est qu’un grain de sable dans ce roman si haletant. J’ai aussi beaucoup apprécié les mystères présents tout au long du récit. J’aime que l’on pique ma curiosité et ici, ce fut un franc succès. J’ai été happée par cette histoire surprenante, difficile et ses passages presque insoutenables.

J’ai beaucoup apprécié me plonger dans ce roman et je le conseille vivement !

Lien : https://www.laplumedevosauteurs.com/pierre-faupoint

La Kaza de Papel – Avis de juillet 2020

J’aime sortir de ma zone de confort et de temps en temps me plonger dans des lectures plus difficiles, plus dures, vraiment très noires… Avec ce Je fus un mauvais homme, inutile de vous dire que j’ai eu ma dose… Whaou j’ai pris une claque monumentale. Mon petit coeur sensible, pourtant bien accroché en a pris un coup, je ne peux vous cacher que j’en ai même fait d’horribles cauchemars peuplés d’hommes horribles capables des pires tortures…
C’est un roman qui ne ressemble à aucun autre, un roman unique oui…et inoubliable, qui laisse une empreinte en nous à jamais.

Je vous le conseille sans hésiter pour une lecture chic et choc !

Chic car la plume est parfaite, incisive et tranchante comme une lame de rasoir, d’une finesse rare, peuplée de mots choisis avec soin et toujours placés pile là où on les attend ; une prose sublime à la limite de la poésie, qui nous embarque et nous transperce.
Certaines scènes, aussi cruelles qu’ignobles sont tellement contées avec détails et précision qu’il est alors impossible de ne pas les imaginer tel un film se déroulant sous nos yeux, avec un voyeurisme certain… Et alors pourtant proche d’un certain écoeurement, on ne peut tout de même pas s’empêcher de continuer et de tourner les pages les unes après les autres, saisi d’une frénésie contradictoire.

Et choc, choc car il est carrément bluffant, porté par un réalisme détonnant, dans l’histoire et son déroulement, dans la psychologie fine et travaillé du personnage principal, cet homme aussi barbare soit-il qui renferme aussi sa part d’humanité et cet amour paternel hors du commun pour cette fille qui n’était pourtant pas la sienne mais qu’il va aimer de tout son soûl.

On suit alors son existence, son évolution avec une curiosité presque malsaine, on s’interroge, on s’insurge mais… on l’excuserait presque plus qu’on ne l’accuserait. C’est dire si l’auteur maîtrise son sujet et la manipulation du lecteur. Il présente l’archétype de l’antihéros par excellence, avec brio.

Il y a un travail immense sur le tueur en série, sur l’âme humaine et ses troubles instinctifs et primitifs, sur les pulsions meurtrières, la puissance du Mal le plus abject, j’ai été transportée au coeur de cet univers sombre et si bien décrit.

Chapeau à l’auteur, il y avait longtemps qu’un roman aussi noir et réussi n’avait pas croisé mon chemin…

Âme sensible s’abstenir et pour les autres je vous souhaite une bonne rencontre (ou pas !) avec celui… qui fut un mauvais homme.

Lien Kaza de Papel : https://www.babelio.com/monprofil.php?id_user=147405

Claire Marquez – Groupe de lecture / Avis de août 2020

Immense coup de coeur pour ce thriller inclassable, une vraie révélation, une lecture choisie suite à un retour enflammé que je comprends amplement !Ismaël est un jeune homme qui surfe avec les jouissances, entre drogues douces et premières amours. Mais ce surf est un sport d’équilibriste et la corde huilée avec laquelle notre beau protagoniste joue le conduit droit vers une descente aux enfers.Les mensonges glissent entre les mots de cet illusionniste parfait, donnant à entendre ce que l’on attend de lui, pour mieux jouer le rôle de pickpocket des sentiments de ses victimes, ainsi que de leurs fonds de poches. Une intelligence fine et froide, implacable. Jusqu’à ce que le jeu change de mains et qu’il ne tombe amoureux de Nahima. Sa perte va prouver une chose : les acteurs parfaits dans ce type de discipline peuvent aussi exceller dans une gamme plus ardue, vers une violence plus crue, et Ismaël avance d’un pas décidé dans une direction décrite avec un tel brio, que cette voie semble tomber sous le coup de l’évidence pour le lecteur. Cet homme est pétri d’amour, et cet amour le perd, comme un ingrédient mal digéré, et qui ne pourrait se supporter qu’associé à la noirceur du monde.Les images sont dures, sanglantes parfois, et pourtant, à chaque ligne, Ismaël est irrésistible. Sa passion dépasse la chaleur qui enflamme les cœurs, et le brasier gronde au tréfonds de cette histoire.A noter un goût délicieux pour les mots, que l’auteur manie avec art et auxquels il redonne un beau souffle. C’est un nom à retenir : Pierre Faupoint – Auteur, et un livre de chevet à posséder : Je fus un mauvais homme

Pour découvrir le livre

AMAZON LIBRINOVA